PERU TOUR OPERATOR

Nous explorons Amazonas Tours et Andean Treks depuis 2007
39507
LES OISEAUX LES PLUS UNIQUES DE L’AMAZONIE PÉRUVIENNE

LES OISEAUX LES PLUS UNIQUES DE L’AMAZONIE PÉRUVIENNE

35 Vues

Biodiversité des oiseaux d’Amazonie

La forêt amazonienne est la plus grande forêt tropicale de la planète, abritant une incroyable variété d’ oiseaux les plus uniques de l’Amazonie péruvienne, avec plus de 1 800 espèces résidant dans cette seule région. Avec sa forêt tropicale luxuriante, ses rivières sinueuses et sa variété impressionnante d’habitats, il n’est pas étonnant que les ornithologues amateurs du monde entier affluent dans la région pour apercevoir ses nombreuses merveilles aviaires.

Depuis le début des années 80 du XXe siècle jusqu’au début de la deuxième décennie du XXIe siècle, plus de nouvelles espèces d’oiseaux ont été découvertes au Pérou que dans tout autre pays du monde.

Le Pérou abrite une incroyable variété d’ oiseaux les plus uniques de l’Amazonie péruvienne, dont beaucoup ne peuvent être trouvés nulle part ailleurs dans le monde. Du coloré et charismatique à l’étrange et insaisissable, ces oiseaux sont un incontournable pour tout ornithologue amateur ou toute personne intéressée par la magnifique faune du Pérou.

La forêt amazonienne est considérée comme l’un des endroits les plus riches en biodiversité de la planète et est classée parmi les sept merveilles naturelles du monde. Le Pérou est double champion du monde du Global Big Day, la plus grande compétition d’observation des oiseaux, lors des éditions 2015 et 2016.

oiseaux les plus uniques de l'Amazonie

Coq du rocher

Le coq de roche (Rupicola Peruviana), connu en quechua sous le nom de « Punki », est l’oiseau emblématique du Pérou. Il vit dans les forêts humides et nuageuses du versant oriental des Andes, entre 400 et 2 500 mètres d’altitude. C’est une belle espèce qui chez les mâles a une crête orange qui orne sa tête. Des plumes noires et blanches recouvrent le dos et les ailes. Comme chez la plupart des oiseaux, la couleur de la femelle est plus subtile. Pendant la saison des amours, ils effectuent généralement des parades rituelles en groupe accompagnées de sons rauques et de gloussements caractéristiques qui suscitent l’intérêt des ornithologues amateurs. En raison de sa morphologie, il est considéré comme l’un des oiseaux les plus étranges physiquement d’Amazonie.

Hoatzin ou shansho

L’étrange Hoatzin (Opisthocomus hozan), pas aussi joli que les toucans, les tangaras ou les aras, remporte le prix de l’oiseau le plus étrange d’Amazonie. Presque aussi gros qu’une dinde, le Hoatzin passe son temps à se reposer autour des lacs de la forêt amazonienne. Il s’installe sur les buissons et les petits arbres qui poussent au bord de l’eau et grognent.

Il a les dimensions d’un faisan, mais il est beaucoup plus élancé, avec un cou et une queue plus longs et une petite tête. Le visage est nu, de couleur bleu vif et un iris rouge ; la tête est ornée d’une craie dressée, débraillée, en forme d’éventail. Sa taille approximative est de 60 cm à 66 cm et il peut peser 816 g.

Il a une capacité de vol limitée, car il n’a pas besoin de parcourir de longues distances à la recherche de nourriture en raison du type de régime alimentaire dont il dispose. Contrairement aux autres oiseaux, au lieu d’insectes ou de fruits, il ne mange que les feuilles dures des arbres comme le renaco. Le hoatzin décompose sa nourriture par fermentation bactérienne pour la transformer en liquide, ce qui lui fait dégager une forte odeur qui sert à effrayer ses prédateurs. Le hoatzin étant une espèce grégaire, il aime faire ses nids en petites colonies.

Un fait curieux est que, pendant longtemps, en raison des deux griffes particulières qu’il possède sur chaque aile, qui disparaissent à l’âge adulte, les scientifiques ont pensé qu’il s’agissait d’un descendant de l’Archaeopteryx, un oiseau fossile considéré comme le chaînon manquant des reptiles. qui a évolué en oiseaux.

Ara écarlate

C’est l’ara (Ara Macao) le plus connu au monde, en raison de l’abondant rouge écarlate de son plumage. On remarque également la couleur jaune sur la partie médiane des ailes et le bleu sur la croupe et la queue, qui sont longues et pointues pour donner stabilité et direction à son vol. Il a des yeux ronds, jaune pâle à verdâtres, entourés d’une peau blanche et sans plumes.

Cet ara, qui peut mesurer entre 84 cm et 92 cm et peser entre 900 g et 1 500 g, aime nicher dans les trous d’arbres, les anfractuosités des rochers ou les cabanes en argile. Choisit un partenaire de vie à l’âge de 4 ans. La femelle pond généralement jusqu’à quatre œufs, qui sont incubés pendant environ 15 jours. Les petits naissent sans plumes et dépendent de leurs parents pendant 25 jours. Les petits naissent sans plumes et dépendent de leurs parents pendant 105 jours, car ils sont nourris par régurgitation. Ce n’est qu’à un an qu’ils sont complètement indépendants, âge auquel ils quittent le nid. Généralement, l’ara se nourrit de graines, de fruits, d’insectes et de légumes qu’il attrape grâce à son bec puissant.

Comme l’ara bleu et jaune, l’ara écarlate est enregistré comme espèce vulnérable en raison de l’abattage des arbres en Amazonie, qui réduit la disponibilité de nourriture et de lieux de nidification, et en raison d’une chasse aveugle, car il est très demandé. comme un animal de compagnie.

Ara bleu et jaune

(Ara ararauna) C’est l’un des perroquets les plus colorés et spectaculaires qu’abrite l’Amazonie. La combinaison de couleurs vives fait de cet oiseau une véritable œuvre d’art de la nature. Les ailes sont bleues, une partie de la tête aussi, mais sa poitrine et sa longue queue sont jaunes. La taille varie entre 82 cm et 87 cm et le poids entre 900 g et 1300 g. Il possède un grand bec courbé avec lequel il se nourrit et l’aide à grimper. Le mâle est plus grand et possède une tête et un bec plus forts que la femelle. Vous pouvez distinguer un jeune spécimen d’un adulte par la couleur de l’iris de ses yeux. Le premier est jaune et le second est brun foncé.

Il se nourrit de graines, de plantes et de fruits, comme les noix et l’aguaje, mais comme certains sont toxiques ou vénéneux, il mange de l’argile des berges des rivières pour contrecarrer les effets nocifs et incorpore ainsi des sels minéraux dans son alimentation. Il niche au creux des palmiers et peut parcourir jusqu’à 25 km à la recherche de nourriture.

Il se déplace en couple, en trio avec ses petits, en petits groupes et parfois en grands groupes. On peut l’observer au lever ou au coucher du soleil. Il est généralement très bruyant lorsqu’il vole et très silencieux lorsqu’il mange. C’est un animal qui vit très longtemps, il peut vivre plus de 50 ans. Mais leur nombre diminue, notamment à cause de la chasse et de la capture de leurs petits pour les vendre comme animaux de compagnie.

Aigle harpie

(Harpia harpyja) Dans les merveilleuses forêts de Madre de Dios, Ucayali et Loreto, vit l’un des rapaces les plus majestueux et mystérieux : l’aigle harpie. C’est précisément en raison de sa taille qu’il est considéré comme l’un des plus grands oiseaux de chasse au monde. La femelle adulte peut mesurer plus d’un mètre de long et peser jusqu’à 8 kg. En revanche, le mâle est plus petit, mesurant environ 96 cm de long et pesant 5 à 6 kg. Grâce à son bec large et pointu, qui lui permet de détacher facilement la chair de sa proie, ses griffes puissantes et robustes, qui peuvent atteindre 15 cm, et sa vision extrêmement aiguisée pour localiser sa cible à distance, l’aigle harpie occupe un maillon élevé. dans la chaîne alimentaire.

On sait aujourd’hui que la harpie du Pérou est exclusivement arboricole, qu’elle aime capturer ses proies la nuit ou au crépuscule et qu’elle a une préférence, pour former ses nids, pour les châtaigniers, l’un des plus grands arbres. de ladite zone.

Cigogne Jabiru

Le Jabirú (Jabiru mycteria), avec une hauteur de 120-140 cm et une envergure (ailes déployées) de 3 mètres, est un oiseau incontournable dans les zones humides. Il ressemble beaucoup à son parent, le marabout africain, mais contrairement à lui il ne mange pas de cadavres même s’il est carnivore, il préfère pêcher dans l’eau. Ce n’est pas un oiseau sociable. On le retrouve seul ; Les couples construisent des nids volumineux sur de grands arbres et pondent de 2 à 4 œufs. C’est l’oiseau volant le plus haut d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, et le deuxième du continent en termes d’envergure, dépassé par le condor des Andes.

C’est un oiseau muet, il n’a ni voix ni chants et communique en tapant sur son bec. Le couple vit ensemble pour la vie. Année après année, à la fin de l’automne, ils retournent dans leur énorme nid situé au sommet d’un arbre ou d’un palmier pour élever 3 ou 4 poussins, que la femelle et le mâle incuberont tour à tour. Il vit près des lagons et des rivières, se nourrit d’un grand nombre de poissons, de mollusques et d’amphibiens, mangeant parfois aussi des reptiles et des petits mammifères.

Potoo

(Nyctibius greiseus) Sa forme en fait un oiseau très caractéristique. Entre autres choses qui en font un animal très intéressant, il y a son chant. C’est une espèce sédentaire qui vit dans les forêts ouvertes et les savanes. Elle pond un seul œuf blanc tacheté directement sur une branche ou une souche d’arbre au lieu de construire un véritable nid fait de bâtons. La période d’incubation est d’environ 33 jours. Le mâle est chargé de réchauffer et de prendre soin de l’œuf pendant la journée et la femelle pendant la nuit. Il a une hauteur approximative comprise entre 21 et 60 cm et un poids de 250 gr. et sa durée de vie est de 10 à 25 ans.

Cet insectivore nocturne chasse depuis un perchoir ou une position élevée. Il passe la journée perché sur une souche d’arbre dans laquelle il se fond comme si elle faisait partie de lui. Les potoos ne sont actifs que la nuit et dorment donc pendant la journée. Comme la plupart des autres oiseaux nocturnes, ils ont également un plumage qui leur sert de camouflage et leur donne l’apparence d’un morceau d’écorce d’arbre ou d’une souche cassée. Bien que les poulains aient un petit bec, leur bouche est énorme. Ils ont une bouche grande et large pour les aider à attraper les papillons de nuit, les coléoptères et autres insectes la nuit.

Colibri en raquettes

Le colibri à raquette (Ocreatus underwoodií), également appelé colibri à queue de feuille, colibri à queue de raquette, colibri à queue en spatule, etc. Il est originaire du nord-ouest de l’Amérique du Sud, réparti dans toutes les chaînes de montagnes andines. C’est une espèce assez commune dans ses habitats naturels : l’intérieur des forêts humides ainsi que dans les peuplements secondaires ouverts de 1100 à 3000 m d’altitude.

Il mesure en moyenne 12,7 cm de longueur, dont 7,6 cm de queue, et pèse 3 g. Le bec mesure 13 mm de long. Le plumage est généralement d’un vert métallique brillant, mais la gorge est plus irisée. La queue du mâle est spectaculaire, avec deux plumes externes très longues et recourbées se terminant par des raquettes bleu verdâtre. Présente des chaussures blanches. La femelle a les parties supérieures vert métallique et le dessous principalement blanc, avec des points verts denses sur les flancs et une striation malaire verte. Les zamarros sont plus petits, blancs ou crémeux. La queue est plus courte mais proéminente, avec des pointes blanches sur les plumes extérieures.

Il se nourrit du nectar de diverses fleurs et capture également des insectes en vol. Il recherche sa nourriture entre des hauteurs allant de quelques centimètres au-dessus du sol jusqu’à des strates allant de 6 cm à 18 m de hauteur.

Barbet versicolore

(Eubucco versicolor) est une espèce qui vit dans les montagnes de l’ouest de l’Amérique du Sud. Il mesure environ 16 cm de long, le plumage des parties supérieures des mâles est vert et leur ventre blanchâtre marbré de vert. Le devant de son visage, sa calotte et sa gorge sont rouges, encadrés par une bande bleu clair sur le dos. Son lorum nu est noir et possède quelques soies noires autour du bec. Il a une poitrine jaune sur le dessus et une bande rouge sur le dessous. Leurs larges moustaches sont bleues ou jaunes selon les sous-espèces. Les femelles sont vertes, avec une face et une gorge bleues, avec un fin croissant rouge les encadrant sur la partie supérieure de la poitrine. Son bec est robuste, relativement long et jaunâtre. On le trouve dans les forêts humides des yungas des Andes orientales du Pérou.

Perroquet à tête sombre

Le perroquet à capuchon, le perroquet à tête brune ou le perroquet à capuchon brun (pyrilia haematotis). On le trouve dans les basses terres et les collines, jusqu’à 1 600 mètres d’altitude, dans la canopée des arbres et dans la jungle adjacente.

Le perroquet à tête brune mesure 21 cm de long et pèse 165 g. L’adulte a la tête et le cou bruns ; Le visage est plus foncé, surtout chez les mâles, et l’oreille est rougeâtre. Le reste du corps est vert, avec un ton olive sur la poitrine. La partie externe des ailes est bleue avec des bordures rouges bien visibles en vol ; la queue a les côtés rougeâtres. Les yeux et le bec sont pâles. Les individus plus jeunes ressemblent aux adultes, mais plus pâles, plus ternes et sans rougeur sur la tête. Il se nourrit en paires ou en petits groupes de 15 individus maximum, de diverses graines et fruits, notamment de figuiers. Il peut être difficile de le voir lorsqu’il se nourrit, car il se déplace lentement, généralement silencieux et reste dans la canopée. les arbres.

Son cri de vol est le kereek roulant, et lorsqu’il est perché, il émet une variété de gazouillis et de gazouillis sociaux. Les œufs blancs sont pondus dans un nid ouvert, généralement dans le trou d’un arbre. Cette espèce a été gravement affectée par l’abattage des arbres.

Manakin à tête dorée

(Ceratopipra erythrocephala) Appelé manakin à tête dorée, il est originaire de l’extrême sud-est de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud. Il est commun dans les strates moyennes et inférieures des forêts humides, des forêts secondaires et des plantations. Leur limite supérieure d’altitude est généralement d’environ 1 100 m, mais on les trouve parfois jusqu’à 1 500 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Comme les autres manakins, le manakin à tête dorée est un oiseau forestier compact aux couleurs vives, mesurant généralement 9,4 cm de long et pesant 12,5 g. Le plumage du mâle adulte est noir à l’exception de la tête dorée, des cuisses blanches et rouges, des pattes roses et du bec jaunâtre. Les femelles et les mâles juvéniles ont un plumage vert olive. Comme les autres manakins, ils se nourrissent de fruits et de quelques insectes.

Les mâles font une parade nuptiale fascinante, accompagnée du bourdonnement de leurs ailes, la femelle construit un nid peu profond à faible hauteur dans un arbre ; Deux œufs veinés de jaunâtre sont pondus et entièrement incubés par la femelle pendant environ 16 à 17 jours.

Trogon masqué

(Trogon personatus) On le trouve en Amérique du Sud principalement dans les Andes. C’est naturel les habitats sont des forêts subtropicales ou tropicales humides et de vieilles forêts dégradées. C’est un trogon de taille moyenne mesurant en moyenne 27 centimètres de longueur et 56 grammes de poids. Comme tous les trogons, le dos, la tête et le haut de la poitrine du mâle sont de couleur vert vif, bronze rougeâtre ou or verdâtre (selon la sous-espèce). Le ventre et le bas de la poitrine sont rouges, ce dernier étant séparé du haut de la poitrine verdâtre par une étroite bande blanche. Le mâle a un œil autre que le jaune, qui est rouge dans la plupart des sous-espèces, mais tend vers l’orange. La femelle est brune dessus, avec un ventre et une poitrine rosâtres à rouges ; La bande blanche qui sépare la couleur marron et rouge en bas est souvent très étroite ou cachée.

Comme tous les trogons, il se nourrit de fruits et d’insectes. Pour se reproduire, il creuse une cavité de nidification dans le bois tendre d’un arbre au tronc dressé en décomposition.

Candela colicanela topaze

La topaze candela (Topaza pella), son habitat naturel est constitué de forêts tropicales ou subtropicales humides de plaine. Le mâle mesure environ 20 centimètres et pèse environ 14 grammes. Il possède deux plumes qui dépassent d’environ 10 centimètres de sa queue. Son plumage est plus coloré que celui de la femelle, étant presque toujours rouge violacé sur le dos, le cou et l’abdomen, avec une gorge verte entourée de jaune, tandis que celui de la femelle est beaucoup moins voyant.

Ils se nourrissent aux niveaux moyen et supérieur de la forêt, en suçant principalement le nectar des fleurs. Comme les autres colibris, ils volent très bien. Ils vivent à proximité des cours d’eau, la femelle pond deux œufs dont elle s’occupe elle-même.

Martin-pêcheur d’Amazonie

Le martin-pêcheur d’Amazonie (Chloroceryle amazona) réside dans les basses terres des tropiques américains. Il mesure 29 à 30 centimètres de longueur totale et pèse environ 110 grammes. Il a la forme d’un martin-pêcheur typique, avec une longue queue et un long bec. Il est vert olive sur le dessus et la tête, avec une crête. Les mâles ont un dessous blanc, une poitrine brun rougeâtre (large bande) et quelques rayures vertes gulaires. Les femelles ont le dessous blanc avec des taches vertes sur les côtés de la poitrine et des rayures vertes sur les yeux. Les jeunes oiseaux ressemblent à la femelle adulte, mais ont des taches blanches sur les ailes.

Ce martin-pêcheur se reproduit dans les cabanes des ruisseaux ou des rivières. Le nid est un tunnel horizontal creusé dans une berge de rivière de 1,6 mètre de profondeur et 10 centimètres de diamètre. La femelle dépose trois, parfois quatre œufs blancs. Ces oiseaux ont souvent un cri dur, le chant est rarement entendu, émis depuis la cime des arbres, on les voit souvent perchés sur une branche près de l’eau avant de plonger pour attraper un poisson.

Cardinal des marais

Le cardinal à tête rouge (Paraoria gularis) est originaire du bassin amazonien en Amérique du Sud. C’est une espèce commune dans ses habitats naturels : zones inondées de forêt, marécages, mangroves ou zones semi-ouvertes à proximité de l’eau, jusqu’à 600 m d’altitude. Il est courant de le voir dans des endroits humides et légèrement boisés, dans des villages comme Puerto Maldonado. En moyenne, il mesure 16,5 cm de longueur et pèse 22 g, il a une tête pourpre ; noircir la région oculaire et loreale ; les parties supérieures de la poitrine et du ventre. La gorge est noire et s’étend jusqu’à la partie supérieure de la poitrine. La mâchoire supérieure est noire tandis que la mâchoire inférieure est de couleur chair. Les pattes sont gris foncé (presque noires) et l’iris est orange.

On le trouve généralement en couples ou en petits groupes familiaux, près des rivages, souvent sur le sol en balayant et parfois sur la végétation flottante. Grimpe occasionnellement aux arbres à la recherche d’insectes sur les grosses branches. Il se nourrit d’insectes, de fruits et de céréales comme le riz. Il construit, dans un arbre ou tout autre endroit sûr, un nid peu profond en forme de bol, en utilisant des radicelles, de fines branches et des fougères comme matériau. La femelle dépose deux ou trois œufs opaques, blanchâtres et olive, avec d’épaisses taches brun foncé.

Tangara à sept couleurs

Le tangara paradisiaque (Tangara chilensis) est originaire d’Amérique du Sud, dans le bassin amazonien. Il mesure entre 13,5 et 15 cm de longueur et pèse en moyenne 20,5 g, indubitablement coloré, la tête est vert vif, la nuque et la partie supérieure du dos et les ailes sont noires, mais la partie inférieure du dos vers la queue est jaune intense. La gorge est lilas ou violette ; la poitrine et le ventre sont bleu turquoise. La croupe est rouge, le bec est noir et les pattes sont grises.

Le plus courant est de l’observer en bandes de 4 à 20 individus, qui fréquentent les hautes canopées et les cimes émergentes des arbres, recherchent de la nourriture pendant quelques minutes puis s’envolent rapidement vers d’autres grands arbres éloignés. Ils sont parfois associés à d’autres espèces d’oiseaux. Ils se nourrissent de fruits, de baies et d’insectes.

VISITES ASSOCIÉES

FORÊT AMAZONIENNE & CHEMIN INCA AU MACHU PICCHU 12 JOURS

FORÊT AMAZONIENNE & CHEMIN INCA AU MACHU PICCHU 12 JOURS

De $ 1350 US $ 1290 USD

Explorez la randonnée Manu Amazon Rainforest & Inca Trail jusqu'au Machu Picchu, vous profiterez des meilleures aventures au Pérou, en explorant d'incroyables itinéraires de sentiers incas et la meilleure faune amazonienne avec nos guides touristiques locaux, en petits groupes.

Marche et randonnée
icon bote
JUNGLE AMAZONIENNE DU MANU  5 JOURS

JUNGLE AMAZONIENNE DU MANU 5 JOURS

De $ 720 US $ 680 USD

Explorez le parc national de Manu pendant 5 jours, le mystère de l'amazone et vivez une aventure fascinante dans le vaste parc national amazonien de Manu, est l'un des meilleurs endroits en Amérique du Sud pour voir une variété étonnante de faune tropicale.

wildlife https://andeangreattreks.com/fr
Faune & Nature 1 Commentaires
icon bote
AMAZONIE DU MANU EN 3 JOURS
BEST SELLER

AMAZONIE DU MANU EN 3 JOURS

De $ 380 US $ 350 USD

Le parc national de Manu est situé dans la jungle amazonienne du Pérou. Cette attraction est l'un des rares endroits sur la planète qui conserve encore sa grande biodiversité d'oiseaux, de mammifères, de reptiles et de nombreuses plantes médicinales.

wildlife https://andeangreattreks.com/fr
Faune & Nature 30 Commentaires
icon bote

Ce que nos clients disent de nous

VOIR PLUS D'AVIS
error: Content is protected !!